Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

COMMUNIQUE CHORDECONE UNE MORT LENTE

Conseil Représentatif des Français d’Outre- mer
COMMUNIQUE CHORDECONE


« Quand la lenteur de la justice devient un allié objectif des délinquants». Stupeur et incompréhension en Guadeloupe et Martinique, le scandale du chlordécone menacé par la prescription.
Une plainte déposée en 2006 par trois associations de Martinique et quatre de Guadeloupe pour empoisonnement des populations au chlordécone, un pesticide interdit en France en 1990, mais qui a continué à être autorisé dans les champs de bananes de Martinique et de Guadeloupe par dérogation ministérielle jusqu’en 1993.
Selon Santé publique France, plus de 90% de la population adulte en Guadeloupe et Martinique est contaminée par la chlordécone, et les populations antillaises présentent un taux d’incidence du cancer de la prostate très élevé.
Quinze ans d’instruction et les parties civiles viennent enfin d’être auditionnées en visioconférence par deux juges d’instruction du pôle santé du TGI de Paris les mercredi 20 et jeudi 21 janvier dernier, pour s’entendre dire que la justice se dirige vers un non-lieu, à cause de la disparition de pièces du dossier et le délai de prescription des faits.
Et donc, pas de procès sur l’empoisonnement des populations de Guadeloupe et de Martinique exposées à un puissant perturbateur endocrinien. Au-delà des questions de procédure, si le débouté des associations se confirmait cette décision viendrait à contre-courant de la politique environnementale actuelle.
Le Président de la République en 2018 ne s’est-il pas engagé en affirmant que le scandale environnemental dans lequel l’Etat a sa part de responsabilité, ouvrira le droit à l’indemnisation des victimes ?
Le CREFOM entend que la parole publique soit honorée, et veillera au respect de la procédure judiciaire visant à déterminer les responsabilités dans ce scandale environnemental affectant les Antillais.
Un procès doit s’ouvrir et sanctionner les auteurs qui ont empoisonné les populations de Guadeloupe et de Martinique.
« Nulle place pour aucune prescription. Pas de déni de justice « 
http://www.crefom.org


Daniel DALIN, Président du CREFOM
contact@crefom.org

Information

Cette entrée a été publiée le 27/01/2021 par dans Société.

Pages et Articles Phares

32 phrases et préjugés que les Noirs ne veulent plus entendre
Namibie le génocide du IIe reich : le génocide oublié
Terreur au Bataclan : témoignage d'un Guyanais qui était dans la salle
Allez brûler en enfer !
Une «journée du voile»... Trop facile !
La Marche du 23 mai : Marie-José Alie

Archives

Instagram

Il n’y a ici aucune image Instagram.

%d blogueurs aiment cette page :