Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

Élections régionales 2015 en Guyane : ce que proposent les candidats

image

Conseil Régional – Crédit : Photo site officiel

ÉCLAIRAGE – À deux jours du premier tour des élections régionales, focus sur les propositions des candidats en Guyane. Confrontation de leurs points de vue sur les thématiques de l’emploi, des transports et de la santé.

À l’instar des Martiniquais et des Corses, les Guyanais sont appelés aux urnes les 6 et 13 décembre prochains pour les élections territoriales. En effet, le département et la région seront fusionnés pour former à terme une collectivité territoriale unique.

Depuis 2010, la région est dirigée par Rodolphe Alexandre, candidat à sa succession. Sa liste sera notamment opposée à celles de Rémy-Louis Budoc, candidat de l’union de la droite et membre de la majorité régionale de Rodolphe Alexandre, et de Chantal Berthelot, fondatrice du mouvement À gauche en Guyane. Il n’y a pas qu’en Bretagne qu’un ministre en exercice est candidat à l’élection de décembre. Le nom de Christiane Taubira, actuelle garde des Sceaux, figure à la onzième place de la liste portée par Line Létard (« Guyane de tout es nos forces ! »).

Économie : guerre des chiffres autour des créations d’emplois

Rodolphe Alexandre a été encarté dans les deux partis de gouvernement : au PS d’abord, d’où il a été exclu en 2008, chez les Républicains ensuite, qu’il a quittés pour créer son nouveau parti : Guyane rassemblement. Le candidat propose de « dynamiser les partenariats avec les socioprofessionnels pour multiplier par cinq le nombre d’emplois créés sur tout le territoire ». Il avance un objectif : « Créer 5.000 emplois salariés par an ». Dans le même esprit, le leader de Guyane rassemblement souhaite « travailler en partenariat avec les communes pour renforcer les conditions d’accueil des entreprises et créer des emplois sur leurs territoires respectifs ».

À droite, Rémy-Louis Budoc n’a pas peur des mots. Il explique à France Guyane qu’il lancera un « plan Marshall pour la jeunesse » s’il venait à remporter la région. « Les entreprises qui reçoivent des subventions de la collectivité territoriale de Guyane devront s’engager à recruter un jeune en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation ». Muriel Icaré Nourel, tête de liste L’Union Guyane, souhaite que la collectivité territoriale de Guyane se rapproche des entreprises. « Nous nous attacherons à créer une cellule qui va rassembler les élus de Guyane et les chefs d’entreprise pour parler des grands projets, partager sur les problématiques et faire émerger des idées nouvelles », déclare-t-elle à France Guyane.

Le même argument est développé à gauche. Chantal Berthelot, tête de liste du mouvement À gauche en Guyane, soutenu par le Parti socialiste guyannais, a déclaré dans une interview à France Guyane vouloir « accompagner 1.000 jeunes vers l’emploi, favoriser l’émergence de groupements d’employeurs et soutenir l’insertion professionnelle avec les grands chantiers à venir ».

Dans une interview à France Guyane, Line Létard, candidate pour le mouvement « La Guyane de toutes nos forces ! » le clame haut et fort : « La collectivité territoriale de Guyane doit devenir un opérateur économique par le biais de sociétés d’économie mixte locales (or, mines, carrières, production de logements…) Ce n’est pas nouveau, on le proposait déjà lorsque nous étions candidats en 2010 ».

« Une révolution des transports en commun » et le doublement du pont du Larivot

Comme son homologue martiniquais, Rodolphe Alexandre souhaite instaurer une autorité organisatrice unique des transports pour la Guyane afin de « faciliter la circulation des administrés sur l’ensemble du territoire, harmoniser les tarifs, instaurer des tarifs sociaux et solidaires et mettre en place un transport multimodal à des coûts attractifs ». Le député a aussi pour objectif la création de voies réservées aux bus dans les zones urbaines.

Encore une fois, Rémy-Louis Budoc a le sens de la formule. Il promet une « révolution des transports en commun ». Il souhaite généraliser la vidéosurveillance dans les transports, construire des parkings autour de Cayenne pour désengorger la ville et construire des routes mieux adaptées à la densité de circulation.

Interrogée par France Guyane, Chantal Berthelot se porte garante de « la mise à niveau des routes nationales, le doublement du pont du Larivot, mais aussi la création de nouveaux équipements comme un port de dimension internationale à Saint-Laurent du Maroni ».

Santé : installer des centres de PMI ou construire un quatrième hôpital

Rodolphe Alexandre promet dans son programme de dynamiser l’offre de formations aux métiers de la santé et augmenter l’offre de soins en « installant des centres de PMI sur les territoires isolés et en développant des dispositifs de préventions ambulatoires ».

À gauche, Chantal Berthelot veut « lancer la concertation sur un quatrième hôpital et accorder des moyens supplémentaires notamment contre l’alcoolisme et les drogues, qui déciment notre jeunesse guyanaise ». Line Létard propose, elle, de transformer des dispensaires en « hôpital digne de ce nom ».

Voici les candidats, par ordre alphabétique du nom des mouvements : « À gauche en Guyane – Parti socialiste guyanais » (tête de liste Chantal Berthelot), « Guyane, de toutes nos forces ! » (tête de liste Line Letard), « Guyane Rassemblement » (tête de liste Rodolphe Alexandre), « La Guyane en prospective » (tête de liste Jean-Marie Taubira), « Les Républicains » (tête de liste Rémy-Louis Budoc), « L’Union Guyane » (tête de liste Muriel Icaré-Nourel), « Nous sommes Guyane » (tête de liste Fabien Canavy), « Pour une Guyane audacieuse » (tête de liste Alain Tien-Liong), « Pour une nouvelle vision de la Guyane française » (tête de liste Sylvio Letard

http://www.rtl.fr/

Information

Cette entrée a été publiée le 05/12/2015 par dans Société, et est taguée , .

Archives

Instagram

La Soufrière, Guadeloupe