Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

COP21: La mappemonde des effets du changement climatique

CLIMAT L’Unicef a lancé une cartographie participative que des jeunes du monde entier alimentent…

648x415_carte-effets-changement-climatique-faite-jeunes-sous-egide-unicef

Chez eux, le changement climatique est loin d’être un concept flou : sécheresses qui affament des milliers de personnes, inondations qui laissent les habitants des bidonvilles totalement démunis, baisse de rendement des sols agricoles qui ne permettent plus de nourrir les enfants des villages… Qu’ils vivent au Tchad, au Niger, en Chine, au Guatemala ou en Malaisie, ces jeunes de 14 à 27 ans sont la « génération climat » : dans l’espace du même nom au Bourget, parallèle à la COP21, ils présentent la carte mondiale des effets du changement climatique qu’ils ont constituée sous l’égide de l’Unicef.

« Des villages vidés de leurs bras vaillants »

Près de 2.000 étudiants, lycéens, blogueurs, ont été choisis pour être les rapporteurs de ce qu’ils voient dans leur pays. Parmi eux, Islamane Abdou, 26 ans, étudiant en communication à Niamey (Niger) est parti, appareil photo au poing, dans trois régions de son pays pour en rapporter des preuves du changement climatique. « Nous voyons les terres cultivées disparaître et devenir insuffisantes pour nourrir les populations locales, témoigne-t-il. Celles-ci sont obligées de se déplacer pour survivre, les jeunes partent dansles pays voisins, le Mali ou le Nigeria, qui sont en guerre. Nous avons traversé des villages vidés de leurs bras vaillants. »

Les effets du changement climatique au Niger, documentés par des étudiants. (Capture d’écran)

Même constat au Tchad : « L’assèchement du lac Tchad est une réalité liée au changement climatique », explique Immaculée Dénidji Djekounyom, lycéenne en terminale à Moundou, au sud du pays. La jeune fille anime des émissions de radios locales où elle parle de climat « pour sensibiliser la population » et surtout donner des idées aux autorités « pour trouver des solutions ». Elle aussi a participé à la grande carte du changement climatique en documentant les problèmes rencontrés dans sa région : les inondations rendent des quartiers entiers impraticables et empêche les enfants d’aller à l’école. « Ce sont leurs photos et leurs témoignages qui nous font prendre conscience des impacts que peut avoir le changement climatique en termes d’éducation, de santé, de sécurité face aux événements climatiques », explique Zayn Abaakil, en charge de l’engagement des jeunes à l’Unicef.

Trouver des solutions

La prise de conscience a aussi lieu dans les pays concernés : « Au Niger, les gens ne faisaient pas le lien entre le changement climatique et ce qui leur arrive, témoigne Halima Laoual Bachir, 25 ans. Nous leur avons expliqué que ce n’était pas lié au destin ou à des questions d’ordre divin, mais qu’il s’agissait de catastrophes naturelles auxquelles on peut trouver des moyens de s’adapter. » Les solutions, ils espèrent en trouver de nouvelles en échangeant avec d’autres jeunes présents à la COP21. « Nous allons rentrer dans nos pays avec des recommandations pour nos dirigeants qui seront enrichies par nos rencontres, se réjouit Islamane. Les solutions passent par l’implication des communautés et par des jeunes qui innovent. Nous avons l’espoir que les choses changent. »

http://www.20minutes.fr/

 

 

 

 

Information

Cette entrée a été publiée le 03/12/2015 par dans Environnement, Société, et est taguée , , .

Archives

Instagram

Guadeloupe 2017