Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

Paris-Beyrouth : la compassion à géométrie variable

24 heures avant Paris, l’Etat islamique autoproclamé frappait Beyrouth, sans susciter la même solidarité internationale avec les victimes. De quoi s’interroger sur les raisons de ces perceptions différentes.

Le lieu du double attentat à Beyrouth, le 13 novembre 2015 - Bilal Hussein/AP/SIPA

Le lieu du double attentat à Beyrouth, le 13 novembre 2015 – Bilal Hussein/AP/SIPA

Il y a, dans le jargon journalistique, une « loi » bien connue, celle du « mort kilomètre » ; une règle qui veut que deux morts dans un accident de métro à Paris ou Londres pèsent plus lourd que 100 morts dans un accident de train à l’autre bout du monde, en Inde ou en Bolivie.

Une loi absolument cynique mais qu’un rédacteur en chef de 20 heures télé connaît parfaitement : un téléspectateur français s’identifiera avec un « commuter » anglais qui a le même mode de vie que lui, pas avec un habitant de Bombay qui, pourtant, va lui aussi bosser.

Appliquée au terrorisme, cette règle connaît quelques variantes qui montrent que ce que nous considérons parfois comme des « émotions collectives planétaires » sont effectivement à géométrie variable : toutes les victimes du terrorisme ne se valent pas dans la bourse aux émotions, et les terroristes l’ont bien compris en ciblant Paris et ses habitants.

Deux exemples de ces perceptions, qui en disent long sur les lignes de fracture et les fossés qu’elles engendrent.

Beyrouth-Paris, même souffrance ?

24 heures avant Paris, l’Etat islamique autoproclamé a frappé à Beyrouth, plus précisément dans le quartier chiite de Borj el-Barajneh, faisant 43 morts et 239 blessés. C’est l’attentat le plus sanglant dans la capitale libanaise depuis plus de vingt ans.

Mais cette attaque n’a pas suscité la même émotion que les attaques de Paris par les mêmes auteurs, 24 heures plus tard. Pas de monuments illuminés avec un cèdre, pas de photos de profil barrées de noir sur les réseaux sociaux, pas de veillées à la bougie aux quatre coins du monde.

Très vite, de surcroît, l’attentat de Beyrouth a été occulté par les événements de Paris, sans précédent par leur ampleur et le modus operandi, terrifiants par la froideur de leur exécution.

Pourquoi cette différence de traitement ?

Il aura fallu que quelques personnes s’en émeuvent pour que commence à apparaître le lien entre deux capitales endeuillées : Paris-Beyrouth, même souffrance. D’abord des Libanais, mais aussi des célébrités comme Angelina Jolie, qui a posté sur ses différents comptes un appel à ne pas oublier le Liban.

« Alors que tout le monde parle de Paris, personne ne mentionne l’attaque de l’Etat islamique contre le Liban. Je prie pour les deux pays ».

Pourquoi cette différence de traitement ? De fait, c’est le même mécanisme de l’identification sociale qui est à l’œuvre, comme dans le « mort kilomètre » des accidents de train.

Tout le monde, de San Francisco à Sydney en passant par Varsovie, peut s’identifier à un jeune Parisien présent à un concert de rock, se souvenir qu’il est allé ou rêve d’aller en vacances à Paris ; personne ne s’identifiera avec l’habitant d’un quartier chiite de Beyrouth (donc « pro-Hezbollah »…), même si c’est un jeune du même âge pas très différent de la victime parisienne…

Vraies et fausses symétries

Si l’absence relative de compassion pour les victimes de l’attentat de Beyrouth résulte des représentations forgées au fil du temps, il est un autre débat sur la différence de traitement des victimes qui, lui, est plus dérangeant.

C’est celui qu’entretiennent les pro-djihadistes sur les réseaux sociaux. Le site de veille des réseaux djihadistes en ligne Site (Search for International Terrorist Entities) donne ainsi des extraits de discussions autour de cette question.

Un internaute demande à Israfil Yilmaz, un Néerlandais décrit comme combattant de l’Etat islamique, s’il est favorable aux attaques de Paris. Réponse :

« Je suis favorable aux attaques de Paris autant que le gouvernement français est pour le bombardement et la terreur de musulmans innocents en Syrie, en Irak et ailleurs. Ça te va ?

Est-ce que ça te semble cohérent que le sang musulman coule depuis des décennies sans que personne ne s’indigne ? Et pourtant, dès que nous répondons, que nous leur prenons ce qu’ils nous prennent en employant les mêmes méthodes qu’eux, ça devient une grosse affaire. »

Le site recense de nombreuses autres prises de position du même ordre sur les plateformes et réseaux sociaux djihadistes qui, toutes, mettent sur le même plan les victimes d’attaques comme celles qui viennent de se produire à Paris, et les victimes des guerres « impérialistes » dans le monde musulman.

Le discours émoussé des démocraties

Cette symétrie sera jugée insupportable par tout lecteur occidental qui refusera de mettre sur le même plan un acte de terreur absolue comme l’attaque d’une salle d’un concert ou d’un restaurant, et des opérations militaires menées par une armée régulière contre des objectifs théoriquement ciblés et légitimes.

Il est évident, pourtant, que les aventures militaires occidentales de la dernière décennie, en Afghanistan où les « libérateurs » de 2001 se sont imperceptiblement mués en « occupants » aux yeux d’une partie de la population, et surtout l’Irak en 2003 et la Libye en 2011, qui ont provoqué l’effondrement des Etats et un chaos sanglant sans fin, ont affaibli le noble discours des grandes démocraties.

La légitime compassion des Occidentaux pour « leurs » victimes du terrorisme ne devrait pas faire oublier les autres victimes du terrorisme ailleurs, ni l’introspection sur leur propre comportement, en particulier dans les pays arabo-musulmans eux-mêmes.

Ce message de compassion et de solidarité est non seulement « normal », humain pourrait-on dire ; il est aussi le seul moyen de déconstruire le discours des extrémistes qui dénoncent nos hypocrisies pour mieux couvrir leurs propres crimes.

http://rue89.nouvelobs.com/

Information

Cette entrée a été publiée le 15/11/2015 par dans Société, et est taguée , , , , , .

Archives

Instagram

La Soufrière, Guadeloupe