Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

Deux des kamikazes identifiés

image

AFP/Franck Fife

Trois personnes ont été arrêtées par les autorités belges. Parmi elles, l’homme qui avait loué la Polo noire des kamikazes retrouvée garée devant le Bataclan, théâtre de la plus meurtrière des attaques qui ont touché Paris vendredi, avec au moins 89 morts. Les terroristes y ont « évoqué la Syrie et l’Irak », selon le procureur.

Ces trois suspects « ne sont pas connus des services de renseignements français », a précisé le magistrat.

Deux des kamikazes identifiés

Au surlendemain de ces attentats coordonnés, menés par au moins sept kamikazes, les enquêteurs des services antiterroristes ont déjà identifié deux des assaillants.

L’un, qui a participé à la prise d’otages sanglante dans la salle de spectacle du Bataclan, Omar Ismaïl Mostefaï, est un Français de 29 ans. Né à Courcouronnes (Essonne), en banlieue parisienne, il était fiché pour sa radicalisation islamiste depuis 2010, mais n’avait « jamais été impliqué dans un dossier de filière ou d’association de malfaiteurs terroriste », selon le procureur de Paris, François Molins.

Il fréquentait assidûment la mosquée de Lucé, près de Chartres (Eure-et-Loir). Les enquêteurs tentent de confirmer que le kamikaze a bien séjourné en Syrie en 2014, selon des sources policières.

Condamné à plusieurs reprises pour des délits de droit commun, il n’avait jamais fait de séjour en prison. Il a été identifié par ses empreintes dans la salle de spectacle parisienne où se tenait un concert rock lors de l’irruption des jihadistes.

Son père et son frère ont été placés en garde à vue. Leurs domiciles, situés respectivement à Romilly-sur-Seine (Aube) et Bondoufle (Essonne), ont été perquisitionnés ce samedi soir.

Les enquêteurs ont par ailleurs mis la main, près du corps d’un kamikaze du Stade de France, sur un passeport syrien appartenant à un migrant enregistré en Grèce, selon Athènes, mais inconnu des services français.

http://www.ouest-france.fr

La femme de son frère également interpellée

« C’est un truc de fou, c’est du délire… », avait-il réagi samedi avant sa garde à vue, la voix tremblante. « Moi, hier, j’y étais sur Paris et j’ai vu comment c’était la merde! » Il confirme que son frère est né à Courcouronnes et qu’il « a eu des affaires avec la justice » dans le passé, « des gardes à vue, des trucs comme ça… » Bien qu’il ait coupé les ponts avec lui depuis plusieurs années, à cause d' »histoires de famille », il ne l’imaginait pas s’être radicalisé. « Il est parti au bled « , en Algérie, avec sa famille et « sa petite fille », affirme-t-il. « Ça fait un moment que je n’ai plus de nouvelles (…) Je n’ai pas son numéro au bled, moi… »

« J’ai appelé ma mère, elle a l’air de rien savoir », assurait-il samedi en début de soirée. « C’est quoi le rapport avec nous ? On est en froid depuis des années ! », s’est pour sa part interrogée la femme du frère, en pleurs, qui a également été interpellée samedi soir, selon une source proche de l’enquête. « J’espère qu’on va être tranquille. Nous, on a une petite vie tranquille et là ça commence à m’inquiéter… »

http://www.metronews.fr

Information

Cette entrée a été publiée le 15/11/2015 par dans Société, et est taguée , , , , , .

Archives

Instagram

La Soufrière, Guadeloupe