Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

Les secrets révélés du métissage à la brésilienne

imageNation métisse par excellence et fière de l’être, le Brésil possède un mélange humain encore plus réussi qu’il ne le pensait. Tel est le principal enseignement de l’étude scientifique coordonnée par le généticien brésilien Sergio Danilo Pena, de l’université du Minas Gerais et publiée dans la revue PLoS (www.plosgenetics.org). Cette enquête visait à déchiffrer les traits ancestraux de la population brésilienne à travers l’examen des gènes d’un échantillon d’un millier de personnes.

Principale surprise : chez tous les Brésiliens, quelle que soit la couleur de leur peau, prédomine un héritage génétique européen. Il représente, selon les régions du pays, entre 60 % dans le Nord-Est et 77 % dans le Sud des gènes humains.
Même les Brésiliens qui se définissent comme « noirs » – l’une des cinq « couleurs ou races » retenues par les statistiques officielles – ont une forte « ancestralité » européenne. C’est le cas des Afro-Brésiliens de l’Etat de Bahia, dans le Nordeste, dont le patrimoine génétique est européen à 54 %. Métissage oblige, les gènes européens des mulâtres vivant dans le nord du pays sont encore plus nombreux (68 %).

Dans le passé, les ethnologues se contentaient de classer les Brésiliens selon la couleur de leur peau. En ajoutant quelques catégories, correspondant au fruit d’unions interethniques : dans Tristes tropiques, Claude Lévi-Strauss mentionne notamment les mestiços, croisés de Blanc et de Noir, les caboclos, de Blanc et d’Indien, et les cafusos, d’Indien et de Noir.

« Blanchissement » ethnique »

Le décryptage de l’ADN permet de relativiser l’hétérogénéité supposée du peuple brésilien. « Nous nous attendions à une forte ancestralité européenne dans le Sud et le Sud-Est, mais pas dans le Nord et le Nord-Est, s’étonne Sergio Pena. Génétiquement, le Brésil est bien plus homogène qu’on ne le pensait. »

Ce généticien rappelle au passage une évidence : l’héritage ancestral n’est pas forcément lié à l’apparence physique. Pour une raison simple : sur les quelque 30 000 gènes d’un corps humain, 30 au maximum déterminent « la couleur de la peau et des yeux, la forme du visage, la taille du nez ».

Les résultats de cette étude renvoient à l’histoire du Brésil. Lors de sa découverte, le pays comptait au moins 3 millions d’indigènes ; ils ne sont plus que 1 million. Entre le XVIe siècle et 1850, près de 4 millions d’esclaves ont été acheminés d’Afrique.

La politique de « blanchissement » ethnique, inspirée par les théories racistes de Gobineau – qui fut diplomate à Rio -, puis l’abolition de l’esclavage, en 1888, encouragent l’afflux d’immigrants européens : 6 millions depuis 1872. « Tout Brésilien, même quand il est clair et qu’il a les cheveux blonds, porte dans l’âme l’ombre ou la marque de l’indigène ou du Noir », notait en 1952 l’ethnologue Gilberto Freyre. L’inverse aussi est vrai.

Jean-Pierre Langellier – Brésil Correspondant

Le Monde

Ce qui est surprenant c’est que les scientifiques soient étonnés de ce que l’aspect physique ne reflète pas l’aspect génétique ! On peut parfaitement être de couleur noire et foncé de peau et avoir 70% de patrimoine génétique blanc… Ou autres et vice versa.

Il ne faut jamais se fier aux apparences et en déduire des conclusions qui se transforment rapidement en préjugés.

Information

Cette entrée a été publiée le 12/08/2015 par dans Sciences et technologies, Société, et est taguée , , , .

Archives

Instagram

Guadeloupe 2017