Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

JOMD 2015 – Regard des Français de l’hexagone sur les Français des Outre-mers

imageA l’occasion de la 5ème édition de la JOMD (Journée Outre-Mer Développement), un sondage a été réalisé par l’IFOP pour mesurer le regard des Français de la Métropole vis à vis des Français des Outre-mers.

Cependant la distance entre les départements d’Outre-mer et l’Hexagone fait que les métropolitains sont moins sensibles à l’actualité des DOM TOM. Ce qui se passe en Outre-mer est très peu traité par les médias. Les métropolitains ne sont pas habitués à s’intéresser à ce qui se passe là bas. Dans les livres d’histoire, on ne parle pas beaucoup de ces territoires, et de l’histoire coloniale.

  • 61% des français de l’hexagone expriment de la « sympathie « .
  • 16% un véritable « attachement » pour les territoires ultra-marins.

« La perception faite de clichés s’est très fortement estompée par rapport à 1998 », date du précédent sondage, a déclaré M. Dabi à la presse, après avoir présenté une étude sur le regard des Français de l’Hexagone sur l’outre-mer à la Journée Outre-mer Développement (JOMD).

  • 53% des Français de l’Hexagone estiment que ces territoires sont en retard sur le plan économique contre 70% en 1998.
  • 53% contre 64% à penser qu’ils « vivent principalement de subventions et des aides de la métropole ».
  • L’idée que ces territoires (onze départements ou collectivités) « coûtent cher aux contribuables » reste minoritaire
  • 46% contre 43% et seule la moitié des Français (49%), et un peu plus d’ultramarins (58%), estiment que ces territoires ne sont « pas assez aidés » ou aidés juste « comme il faut ».

Les deux « surprises » du sondage, selon M. Dabi, résident « d’une part dans le regard homogène sur les outre-mer de deux publics différents (les Français de l’Hexagone et les originaires des outre-mer vivant dans l’Hexagone) ce qui implique une certaine normalisation du regard sur l’outre-mer » et d’autre part « une indifférence qui progresse un peu et qui témoigne d’un regard dépassionné sur l’outre-mer ».

  • « Les Français sont plus prompts à reconnaître les atouts notamment économiques (tourisme, productions agricoles comme le rhum et la banane, rayonnement, cadre de vie) et en parallèle les images stéréotypales reculent fortement »
  • 61% des ultramarins et 46% des Français de l’hexagone se disent « ouverts à un départ » dans un territoire en cas d’opportunité professionnelle.
  • Ce changement de regard se transpose aussi sur la question de l’indépendance: 26% des Français de l’Hexagone souhaitent que les outre-mer prennent leur indépendance contre 32% en 1998.
  • Les originaires de outre-mer se montrent un peu plus attachés au maintien des Outre-mer dans la République (61%) que les Français de l’Hexagone (57%).

image

Manuel Valls, Christiane Taubira et George Pau-Langevin sont venus à la Journée Outre-mer Développement (JOMD). Manuel Valls est venu clamer son amour de l’Outre-mer, ce samedi 11 avril, à Paris. « J’ai trop de fois entendu que nos Outre-mer coûtaient chers à la France », lance le Premier ministre à la tribune de la JOMD. « La France ne serait pas elle-même, sans sa composante ultramarine ». Auparavant, Manuel Valls a rappelé toutes les mesures pour l’Outre-mer prises par son gouvernement. L’accent est mis en faveur des entreprises, de la recherche, du logement, de l’emploi et de l’école. Face à un public très bienveillant, Manuel Valls a ajouté : « J’ai entendu beaucoup de propos sur ceux qui étaient français depuis 30 ans ou qui l’étaient depuis 1.000 ans, faisant allusion à l’interview de Jean-Marie Le Pen dans Rivarol. « Quand on regarde l’Outre-mer, c’est la plus belle réponse possible aux propos insupportables sur ce qu’est l’identité de notre pays.« 

Par ailleurs, Manuel Valls a confirmé la prolongation de la défiscalisation au-delà de 2017 pour les investissements productifs, une mesure annoncée la veille par George Pau-Langevin devant la Fedom (Fédération des entreprises d’Outre-mer).

image

Concernant les réparations liées à l’esclavage, la garde des Sceaux a précisé sa pensée : « Il faut que la puissance publique mette en place de vrais moyens pour faire connaître l’histoire de l’esclavage ». 

………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Sondage réalisé du 18 février au 12 mars par questionnaire auto-administré en ligne, auprès d’un échantillon représentatif de 985 métropolitains non originaires d’outre-mer (« Français de l’Hexagone »), et d’un échantillon de 552 métropolitains originaires d’outre-mer (« ultramarins ») extrait d’un échantillon de 8.654 personnes représentatifs de l’ensemble de la population.

Sources : http://lentreprise.lexpress.fr/actualites/ – http://www.atlantico.fr/ – http://www.la1ere.fr/

Archives

Instagram

La Soufrière, Guadeloupe