Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

Ce que Coulibaly a dit à un journaliste

Vers 15 h, vendredi, deux heures avant d’être tué, Amedy Coulibaly, retranché dans une supérette casher porte de Vincennes , a contacté la chaîne de télé BFMTV.
Voici le texte intégral de sa conversation avec un journaliste.

Question : Pourquoi êtes-vous là ?

– Je suis là parce que l’Etat français a attaqué l’EI, le califat.

Avez-vous reçu des instructions ?

– Oui.

Etes vous en lien avec les deux frères ?

– Oui. On s’est synchronisé pour ces opérations, pour le départ. Eux, Charlie Hebdo, moi les policiers.

Vous êtes encore en lien ? Vous les avez joint au téléphone récemment ?

– Non.

Vous êtes avec votre femme ?

– Non, je suis seul. Ma femme n’est pas là.

Il y a combien de personnes dans l’épicerie ?

– Il y a 4 morts et 16 personnes avec enfant, ça fait 17 avec 1 enfant. (Il parle avec quelqu’un) Il dit il y a 8 femmes.

Que voulez vous ?

– Je demande que l’armée se retire de l’Etat islamique, de tous les endroits où elle est partie combattre l’Islam. Je suis prêt à négocier… Dites leur qu’ils m’appellent.

A quel groupe appartenez-vous ?

– L’Etat islamique.

Vous êtes allés sur place ?

– J’ai évité, car ça allait compromettre mon projet si je le faisais.

Vous avez visé ce magasin pour une raison ?

– Oui. Les juifs. C’est pour toute l’oppression, plus particulièrement l’Etat islamique mais tous les endroits. C’est pour tous les endroits où les musulmans sont oppressés. La Palestine en fait partie.

A part les deux frères, d’autres individus sont en lien avec vous ?

– Je ne répondrai pas à cette question. Ça suffit les questions. Transmettez mon numéro à la police.

 

Porte de Vincennes. Ce que Amedy Coulibaly a dit à un journaliste… du site Ouest-France

 

Information

Cette entrée a été publiée le 09/01/2015 par dans Faits-divers, Politique, Société, et est taguée , , , , , , , .

Archives