Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

A géométrie variable… (bis)

Des actes islamophobes ont lieu à Mayotte, département français à 90% musulman. Silence radio et TV quasi total hormis (20minutes.fr, RTL.fr). Après cela, on nous dit avec force et énervement que non « ‘il n’y a pas 2 poids, 2 mesures !  » comme vous pourrez le constater dans la vidéo qui suit, issue de l’émission Mots Croisés présentée par Yves Calvi sur le thème en vogue de Dieudonné. On peut y entendre de belles perles : On y parle de « voyage triangulaire » (Alain Finkielkraut) ; on y apprend que les filles et fils de descendants d’esclaves de la Traite Négrière transatlantique « sont des descendants d’immigrés » (Rama Yade) , que la Traite Négrière n’avait pas de caractère industriel (Barbara Pompili)… Il y a du boulot et comme ce ne sont jamais les personnes concernées qui en parle, on n’est pas prêts de voir du changement ! R Privat.

POUR RAPPEL – Dans l’histoire universelle de l’esclavage, la traite négrière transatlantique revêt une triple singularité :

  • sa durée : environ quatre siècles
  • la spécificité de ses victimes (plusieurs millions dont beaucoup n’ont pas survécus à la traversée) : l’enfant, la femme, l’homme noirs africains
  • sa légitimation intellectuelle : la construction de l’idéologie anti-Noir et son organisation juridique, le Code Noir de 1685.

Entreprise commerciale et économique, la traite négrière est l’illustration dramatique de la rencontre entre l’histoire et la géographie. Elle a lié plusieurs régions et continents : Europe, Afrique, Océan Indien, Caraïbes, Amérique.

Premier système de mondialisation de l’histoire, la traite et l’esclavage qui en est issu, du XVIe au XIXe siècle, constitue, selon l’historien français Michel Deveau « la plus gigantesque tragédie de l’histoire humaine par l’ampleur et la durée ». La traite négrière transatlantique, facteur déterminant de l’économie mondiale au XVIIIe siècle, a été en effet le plus grand mouvement organisé de déportation de l’histoire. Des millions d’Africains ont été arrachés à leurs foyers, déportés vers le continent américain et vendus. (source http://www.unesco.org/)

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Ce qui se passe à Mayotte : Source : http://www.la1ere.fr

Une tête de porc retrouvée devant l’entrée d’une mosquée. Cela s’est passé le 1er janvier, dans la commune de Labattoir à Mayotte.
Quelques jours plus tard, des milliers de Mahorais se sont réunis pour condamner cet acte islamophobe, commis dans un département à plus de 90% musulman.  Pourtant en pleine « affaire Dieudonné », la profanation, comme les manifestations qui ont suivi, sont passées quasiment inaperçues sur le plan national, même si quelques sites d’infos avaient mentionné l’affaire (20minutes.fr, RTL.fr) après la publication d’une dépêche AFP.

Pas de condamnation solennelle

Mercredi 15 janvier, Younous Omarjee, d’Alliance des Outremers, ainsi que  Jean-Luc Mélenchon, Patrick Le Hyaric, Marie-Christine Vergiat et Jacky Hénin, tous quatre du Front de Gauche se sont fendus d’un communiqué. Tous dénoncent le silence médiatique, mais surtout politique, autour de « cet acte raciste, insultant pour la foi islamique; une incitation caractérisée à la haine raciale ». Seul le ministre des Outre-mer Victorin Lurel avait réagi dans un communiqué.
« Dans le contexte actuel que traverse notre pays, rien ne doit venir conforter le sentiment répandu d’une indignation sélective et d’un deux poids deux mesures », écrivent-ils avant d’appeler les plus hautes autorités de l’Etat à condamner solennellement cet acte.

« Il faut un message de solidarité vis-à-vis des Mahorais »

Joint par téléphone, le député européen Younous Omarjee, originaire de la Réunion, précise « ne pas être dans un esprit de polémique ». « Le gouvernement a raison d’être vigilant sur toutes les entorses au principe de la République, et de lutter contre le racisme et l’antisémitisme », ajoute-t-il.
Le député originaire de la Réunion estime qu’il « s’agit d’un acte raciste caractérisé, et [qu’]il est important qu’il y ait un message de solidarité vis-à-vis des Mahorais« .
Quant aux raisons de ce silence politique, peu fréquent dans des affaires de profanation de lieux de cultes,  il se refuse de le relier à un contexte particulier, ni même à la situation géographique du département, situé à quelque 8 000 kilomètres de Paris.
« Disons juste que ça souligne le fait que les politiques ne se déterminent pas par rapport à un fait, mais par rapport à ses répercussions médiatiques« , déplore-t-il.

Trois suspects convoqués par la justice

Un communiqué qui n’a, pour l’instant pas eu d’effets. Quant aux auteurs présumés de la profanation,  deux militaires et l’épouse de l’un d’entre eux, ils sont convoqués devant le tribunal correctionnel le 26 février. Ils ont  été sommés de quitter Mayotte dans l’attente de leur jugement.

Un commentaire sur “A géométrie variable… (bis)

  1. Yves
    23/01/2014

    « Europe, Afrique, Océan Indien, Caraïbes, Amérique » … et Maghreb,Arabie et +++ .
    Petit rappel : le coran à aussi son propre code pour les esclaves,qui est toujours valable.C’est écrit,dicté par leur dieu,donc pas de remise en question possible.
    Géométrie variable : bon titre !

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 18/01/2014 par dans Politique, Société, et est taguée , , , , , , , .

Archives

Instagram

La Soufrière, Guadeloupe