Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

Réparation financière et Traite Négrière

le-prix-en-euros

A l’approche du 10 mai, journée dédiée à la commémoration de l’Esclavage et à son abolition, le CRAN publie les résultats d’une enquête exclusive réalisée par l’IFOP (6/5/2013) avec un échantillon représentatif de 1005 personnes (sur presque 1 800 000 habitants éloignés géographiquement).

Cet échantillon se dit  représentatif : a-t-on interrogé tout le monde (ce qui serait représentatif) ou seulement les descendants de personne ayant subit l’esclavage (les noirs, mais aussi les indiens dont les conditions de vie étaient proches de celles des noirs ?) Qui a-t-on interrogé, des Guadeloupéens, des Martiniquais, des Guyanais, des Réunionnais, des Mahorais ?

Selon cette étude, Il paraîtrait que les personnes interrogées se seraient majoritairement prononcées pour des réparations morales et même financières. Qu’ils ignoraient jusqu’à ce jour, le fait du dédommagement des maîtres par l’Etat Français de l’époque pour les préjudices subis suite à la fin de la Traite Négrière.

Le COLLECTIFDOM rappelle que la diversité des ethnies composant les populations ultramarines commande de ne pas jouer avec le feu en réclamant notamment, des réparations financières. Ces populations sont des populations métisses, culturellement et/ou génétiquement, que cela plaise ou non, que cela soit accepté ou pas.

Ce n’est pas si simple.

S’il faut parler de réparations morales et même financières, ces ancêtres venus d’Afrique vendus comme esclaves, ont été séparés de leur famille qu’il conviendrait là aussi de dédommager… De même que les Etats Africains qui, sans cette main-d’œuvre, ont vu leur développement économique retardé. Mais cela le CRAN ne le réclame pas !

Et puis, combien donne-t-on ? En fonction de quels critères ? Comment prouver que l’on est descendants d’esclave (dans la mesure où tous les africains ne sont pas arrivés comme esclaves aux Antilles) ? L’argent arrangera-t-il tout ? Quelle plaie encore ouverte soignera-t-il ?

Sur ce sujet du dédommagement, les soi-disant engagements envers le CRAN de  M. Ayrault Maire de Nantes, ne sauraient en conscience, être ceux du 1er Ministre.

En proposant ex abrupto de l’argent au titre de réparation, autant demander à un aveugle s’il serait d’accord de recouvrer la vue ou à un pauvre s’il veut toucher le jack pot ! Décidément le CRAN excelle dans l’art d’enfoncer des portes ouvertes !

En revanche, quand on lit le peu de connaissance qu’ont les interviewés les plus âgés de leur propre Histoire, on peut s’interroger sur les moyens de transmission de celle-ci où de l’intérêt qu’ils lui portent.

Il faut connaitre son histoire et aller de l’avant. L’ignorance, il n’y a rien de pire. Il faut savoir partager son Histoire avec les autres : le 10 mai célébré par l’Etat au Luxembourg est trop fermé !

Puis, il faut parier sur l’avenir et ne pas ressasser. Il faut aller de l’avant. Couper court aux ravages mentaux, briser les chaines mentales de tout bords, arrêter d’agir uniquement pour prouver à l’autre que l’on est capable.

Agir !!! Lutter contre le racisme, les préjugés, être l’acteur principal de sa vie.  Beaucoup lire, s’informer, se former et se faire confiance. Etre solidaire et se soutenir les uns les autres. Ne rien laisser passer sous prétexte d’humour ou de susceptibilité : Jamais un site adopteunjuif.com n’aurait pu voir le jour !  Alors que le Nègre est insulté dans les médias sans que cela ne coûte grand chose aux auteurs. Quand je pense à ce qui se serait passé aux USA avec un site appelé adopteunnegre. com ! Pays où on ne peut pas prononcer le mot nègre à la légère. 

Le vrai changement, c’est la confiance en soi.  La vrai liberté, c’est de n’être esclave ni de sa couleur de peau ni de sa religion. 

D Dalin-R Privat

07-05-2013 COMMUNIQUE du COLLECTIFDOM

 

Information

Cette entrée a été publiée le 07/05/2013 par dans Société, et est taguée , , , .

Archives

Instagram

Guadeloupe 2017