Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

On ne vous oublie pas…

 

Daniel Larribe, Pierre Legrand, Marc Féret et Thierry Dole

Les 4 otages français au Mali ont été enlevés il y a deux ans

http://www.ouest-france.fr/

Ce dimanche 16 septembre marque les deux ans de captivité de Pierre Legrand, Daniel Larribe, Thierry Dol et Marc Féret, détenus par Aqmi au Sahel. D’un commun accord, les familles et les amis ont décidé de sortir du silence et de tout faire pour obtenir leur libération. Ce week-end marque le début d’une campagne de médiatisation et d’actions.

Premier acte, samedi, un grand rassemblement était organisé à Meudon-la-Forêt, commune où réside Thierry Dol. Un arbre de la Liberté a été planté dans un parc de la ville. Hervé Ghesquière journaliste, ex-otage en Afghanistan, a lancé un message fort : « Maintenant, il faut parler d’eux, il y en a assez du silence. Au fond de notre trou, ça nous a aidés à tenir »

En milieu d’après-midi, ils se sont retrouvés devant l’Hôtel de ville de Paris, pour un deuxième temps fort. Ils ont déployé des banderoles et applaudi durant près de cinq minutes en signe de soutien aux otages. « Que nos applaudissements soient entendus jusqu’au fond du désert et le monde entier saura qu’à Paris on ne les oublie pas, a souligné René Robert, grand-père de Pierre Legrand, originaire de Couffé.

D’autres initiatives sont prévues : déploiements de banderoles sur les mairies du pays d’Ancenis, de Carquefou, de Thouaré, lors du match de foot à la Beaujoire lundi, vente de tee-shirts, d’auto-collants…

Et pendant ce temps là…

Les pays voisins du Mali discutent d’une intervention militaire

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) s’est réunie lundi 17 septembre à Abidjan pour discuter du déploiement d’une force militaire au Mali.

La France est prête à soutenir une intervention.

COMMENT LA CÉDÉAO PEUT-ELLE INTERVENIR ?

Les ministres de la défense et des affaires étrangères de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) se sont réunis lundi 17 septembre à Abidjan pour étudier la possibilité de déployer une force militaire au Mali. Alors que, dans un premier temps, la Cédéao voulait envoyer 3 300 hommes pour sécuriser la capitale, Bamako, et se lancer dans la reconquête militaire du Nord, ses objectifs devaient être revus à la baisse, comme l’ont souhaité les nouvelles autorités maliennes, désireuses de régler elles-mêmes la crise… La suite ici http://www.la-croix.com/

Information

Cette entrée a été publiée le 17/09/2012 par dans Politique, Société, et est taguée , , , , .

Archives

Instagram

Guadeloupe 2017