Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

LE PREMIER MINISTRE A REÇU LES IMPOSTEURS DU CRAN !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 3 JUIN 2012

LE PREMIER MINISTRE A REÇU LES IMPOSTEURS DU CRAN !

Nous avons appris avec stupéfaction et indignation que les services du Premier ministre avaient reçu le CRAN le mercredi 30 mai 2012 à propos des réparations à envisager quant à l’esclavage colonial.

Stupéfaction, car nous ne pouvions imaginer que la première action du gouvernement AYRAULT quant à la mémoire de l’esclavage colonial, serait de recevoir une association qui, à ce jour, n’a aucune action à son actif sur les questions mémorielles liées à l’esclavage colonial.

Nous sommes d’autant plus surpris que le candidat Hollande avait refusé de prendre en considération la proposition des associations Antillaises soutenues par le Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CPMHE) visant à transformer la circulaire du 29 avril 2008 en un décret d’application – Circulaire qui, nous vous le rappelons, clarifie le régime commémoratif de l’esclavage colonial. Dès lors, comment croire un seul instant que le gouvernement de la République puisse envisager s’intéresser à la question complexe etcontroversée des préjudices de l’esclavage colonial et de ses réparations ?

 

Indignation car le CRAN ne recule devant aucune imposture pour exister. Il est bon de rappeler 3 des plus grandes impostures du CRAN :

– En novembre 2008, face aux émeutes des banlieues et à l’antisémitisme de DIEUDONNÉ, le CRAN est propulsé par les médias et par d’autres lobbies comme un mouvement «représentatif» des associations «noires» de France. Dans la réalité, la quasi totalité des associations antillaises dont les plus influentes, ne participe pas à cette création.

Par ailleurs, ce sont les images de la commémoration des victimes de l’esclavage colonial organisée par le CM98 sur la place des droits de l’homme le 23 mai 2005, qui font la couverture et la seconde page du journal Libération et qui sont utilisées par Antenne 2 pour annoncer la naissance du CRAN. C’est la première imposture !

– Le 10 mai 2008, une marche est organisée par différentes associations dont le CRAN. Le CRAN tente alors de se présenter comme le seul organisateur de cette marche. Le
lendemain, le directeur de la radio Tropiques FM, actuel délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’outre-mer, dénonce avec violence l’opportunisme du CRAN. C’est la deuxième imposture !

–  Le 23 mai 2012, le CRAN émerge d’une léthargie de plusieurs années et organise une réunion publique sur les réparations. Le CRAN qui n’a pas combattu auprès des associations antillaises pour la reconnaissance du 23 mai comme date dédiée aux victimes de l’esclavage colonial, tente aujourd’hui d’apparaitre comme le grand défenseur de la mémoire des esclaves. C’est la troisième imposture !

  • Comment comprendre alors que cette créature médiatique groupusculaire puisse avoir pignon sur rue ? 
  • Quels sont les réseaux qui la soutiennent? 
  • Qui sont les femmes et les hommes politiques qui lui permettent d’être reçue par le Premier ministre ?
  • Dans quels buts ?

Prendre le contrepied des conceptions pacificatrices et réconciliatrices du CM98 et des associations antillaises quant à la mémoire de l’esclavage ?
Contrecarrer l’influence grandissante du CM98 sur les questions mémorielles dans l’hexagone mais aussi dans les territoires d’outre-mer (voir anchoukaj.org) ?

Telles sont les questions que nous nous posons et auxquelles nous ne tarderons pas àrépondre.

La question de la mémoire de l’esclavage est sérieuse et doit être traitée par des entrepreneurs de mémoire compétents. Le Premier ministre s’est montré d’une légèreté déconcertante en recevant le premier venu, le CRAN.

Le Premier ministre a de plus commis une faute politique car il risque de raviver la guerre des mémoires qui a fait rage entre 2006 et 2008.

Ce n’est pas l’idée que nous nous faisions de Jean-Marc AYRAULT, qui en avril dernier, inaugurait un mémorial de l’esclavage dans sa ville de Nantes. Nous pensions que son gouvernement dans lequel la garde des sceaux a été rapporteur de la loi reconnaissant l’esclavage crime contre l’Humanité, traiterait la mémoire des esclaves avec plus de prudence et de considération.

Quelle déception !

Soucieux du respect de la mémoire de nos aïeux victimes de l’esclavage, nous saurons prendre les dispositions adéquates pour continuer à protéger celle-ci, notamment de
l’opportunisme du CRAN.

Serge ROMANA Président du CM98   –  Daniel DALIN Président du CollectifDOM


CM98
 – 3, villa Dury-Vasselon – 75120 Paris – 01 43 64 67 75 –secretariat@cm98.fr www.cm98.fr
Contact Presse : José Romana – 06 35 37 13 60 – secretariat@cm98.fr www.cm98.fr

COLLECTIFDOM:  d.dalin@collectifdom.com  – Téléphone : 06 10 02 40 19

Information

Cette entrée a été publiée le 04/06/2012 par dans Politique, Société, et est taguée , , , , .

Archives

Instagram

Guadeloupe 2017