Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

Loïc Liber hors de danger

Source : http://guadeloupe.la1ere.fr

Loïc Liber © DR

Loïc Liber © DR

Le parachutiste guadeloupéen grièvement blessé à Montauban par le tueur en scooter le 15 mars va mieux et peut communiquer par signes.

Il est encore loin d’être sorti d’affaire mais il va mieux. Selon un officier chargé de la communication pour le 17e Régiment de génie parachutiste de Montauban, contacté par La 1ère.fr, les jours de Loïc Liber ne sont plus en danger.

« Il est sorti du coma depuis le début de la semaine. Il comprend ce qu’on lui dit et il peut communiquer par signes. Des amis du régiment, ainsi que ses parents bien sûr, se relaient à son chevet, encadrés par des officiers accompagnateurs » précise le lieutenant du 17e RGP, qui ne peut donner son nom en raison du plan Vigipirate qui a atteint le niveau « écarlate ».

C’est par contre l’incertitude concernant l’évolution de l’état de santé du soldat, touché à la gorge et à la moelle épinière. « Les médecins ne peuvent pas se prononcer pour l’instant. Il est encore trop tôt pour savoir s’il demeurera ou non tétraplégique. Les évolutions diffèrent d’une personne à l’autre » souligne l’officier.

Loïc Liber, 28 ans, est originaire de Trois-Rivières en Guadeloupe. Il s’était engagé dans l’armée il y a cinq ans. Il est hospitalisé actuellement au CHU de Toulouse. Ses parents, Jean-Luc Liber et Emilienne Jean-Baptiste, ainsi que sa soeur Launa, se trouvent auprès de lui.

Information

Cette entrée a été publiée le 24/03/2012 par dans Faits-divers, Politique, et est taguée .

Pages et Articles Phares

32 phrases et préjugés que les Noirs ne veulent plus entendre
La traite arabo-musulmane, "le génocide voilé"
Terreur au Bataclan : témoignage d'un Guyanais qui était dans la salle
Le CREFOM : c'est parti !
Glaçant : un petit garçon capturé par Daesh obsédé par les vidéos de décapitation
Le récit poignant d'un policier réunionnais face aux terroristes au Bataclan
Dans l'enfer du Bataclan : le terrible récit des survivants
Le Guadeloupéen Patrick Plaisance, chef des urgences de l'hôpital Lariboisière, raconte la prise en charge des blessés
Attentats : l'émotion de Kevin, secouriste guyanais intervenu au Bataclan
«Ils menaçaient de décapiter les otages»

Archives

%d blogueurs aiment cette page :