Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

A la mémoire de Jean-Marc NICOISE

Négrophobie : le défenseur des droits doit faire la lumière sur le suicide d’un policier guadeloupéen

LE COLLECTIFDOM (Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais & Mahorais) et la FÉDÉRATION TOTAL RESPECT | TJENBÉ RÈD (qui rassemble dix organisations de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida) saluent la mémoire de Jean-Marc Niçoise, policier natif de Saint-Claude en Guadeloupe, qui vient de mettre fin à ses jours en région parisienne.

En 2009, alors qu’il se trouvait avec deux collègues antillais, son supérieur l’avait salué ainsi de façon méprisante : «Ça va, les Banania ?» Malgré un dépôt de plainte immédiat, le parquet de Meaux avait laissé passer la prescription, entraînant la condamnation de l’État pour déni de justice.   Maintenu sous les ordres du même supérieur, Jean-Marc Niçoise a continué à subir le même type de comportement de sa part : une semaine avant sa mort, il demandait à son avocat Me Ursulet de déposer une nouvelle plainte.

Le Collectifdom et Total Respect estiment que l’État a manqué à son devoir en maintenant, pendant plus de deux ans, un fonctionnaire victime de harcèlement négrophobe sous l’autorité directe de son harceleur. Il est vrai que le ministre de tutelle de la police, M. Claude Guéant, est, depuis sa nomination le 27 février 2011, plus occupé à promouvoir les théories relatives à «l’inégalité des civilisations» qu’à combattre les haines raciales.

Le Collectifdom et Total Respect présentent leurs condoléances aux proches de Jean-Marc Niçoise et demandent au Défenseur des droits Dominique Baudis de faire toute la lumière sur les conditions de son suicide.

Contacts : Daniel Dalin | d.dalin@collectifdom.com | 06 10 02 40 19
David Auerbach Chiffrin | federation@tjenbered.fr | 06 10 55 63 60 | 06 96 32 56 70

************************************************************************

PETITION INJURES RACISTES ET HARCELLEMENT D’UN SUPÉRIEUR

Harcelé par son supérieur,qui lui tenait des propos racistes.
Après avoir tout tenté, devant l’inertie de la machine judiciaire et de sa hiérarchie
À 36ans Jean-Marc Nicoise à préféré SE DONNER LA MORT, que de subir encore ses injures il laisse 3enfants et une compagne


SIGNEZ ET PARTAGEZ pour que ces actes racistes ne soient plus tolérés et pour que les personnes victimes de brimades soient mieux encadrées.

Le CRS traité de « Banania » s’est donné la mort

Jean-Marc Niçoise avait porté plainte contre son capitaine pour propos racistes (DR)
Jean-Marc Niçoise, 36 ans, est mort le 15 février dernier à son domicile en région parisienne.


Jean-Marc Niçoise natif de Guadeloupe, CRS de profession, fait partie de ces trois policiers que le capitaine Spina, leur supérieur, avait salué, un matin à l’heure du petit-déjeuner, alors qu’ils étaient en mission en Corse, par un « Ça va les bananias ? ».

Des faits qui remontent à 2009. Choqués par l’adresse vexatoire et raciste de leur chef, les trois hommes (tous Guadeloupéens) avaient porté plainte. Malheureusement, le parquet de Meaux avait laissé passer la prescription. Pour pallier ce manquement du parquet, leur avocat avait attaqué l’État pour déni de justice. Les trois fonctionnaires avaient obtenu, le 2 mai 2011, gain de cause et se voyaient attribuer chacun 5 500 euros en réparation. 

Pour autant, l’affaire ne s’est pas arrêtée là. Car si les deux collègues de Jean-Marc Niçoise ont obtenu leur mutation, l’un en Guadeloupe et l’autre à Strasbourg, M. Niçoise était resté sous les ordres de son capitaine, dans la même caserne. Et ce dernier aurait poursuivi de ses invectives à caractère raciste son subordonné.

Le 8 ou le 9 février, Jean-Marc Niçoise est retourné voir Me Ursulet pour lui demander de déposer une nouvelle plainte, pour harcèlement et injures racistes contre son capitaine. Nous étions alors en pleine affaire Guéant, ce qui a pu laisser penser au capitaine Spina qu’il était en droit de se sentir supérieur, d’autant plus que la justice ne l’a jamais poursuivi eu égard à la déficience du parquet…

Quand Jean-Marc Niçoise est allé voir l’avocat, il était un homme en plein désarroi, et extrêmement touché psychologiquement selon Me Ursulet. Celui-ci lui a conseillé de prendre un peu de repos, de voir un médecin afin de préparer au mieux cette nouvelle plainte. Las, il n’aura pas tenu le coup. 

Mais un nouveau fait troublant vient compliquer ce drame. La famille a d’abord été avertie par la police que Jean-Marc était mort d’un oedème pulmonaire et le parquet a donné le permis d’inhumer. Il aura fallu attendre plus de dix jours et avec beaucoup d’insistance pour que le parquet de Meaux fasse part des conclusions de l’autopsie. Elles s’orientent vers un suicide par absorption médicamenteuse.

 La police a saisi des documents et des boîtes de médicament au domicile du fonctionnaire. Dans ces circonstances, Me Ursulet envisage de porter plainte pour homicide involontaire. « Il ressort que, depuis la condamnation de l’État, M. Niçoise a continué de faire l’objet de harcèlement. Son suicide est lié à cela », estime Me Ursulet. 
PARTAGEZ SIGNEZ ET CONFIRMEZ NE SOYEZ PAS INERTE DEVANT CES FAITS. 

http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/ – Mort du CRS Niçoise : le doute plane

Information

Cette entrée a été publiée le 11/03/2012 par dans Faits-divers, Société, et est taguée , , , .

Archives

Instagram

La Soufrière, Guadeloupe