Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

Désolée… vraiment désolant !!!

Je dois vous avouer ma stupeur et ma consternation lorsque j’ai appris la teneur des propos homophobes de  Sexion d’Assaut.


En faisant cela, ces jeunes artistes méprisent, à coups sûrs, une partie de leurs fans qui, s’ils connaissaient ces penchants homophobes (aussi stupides que contre-productif$ pour le groupe), n’auraient pas contribué à leurs 250 00 ventes et à leur disque d’or !

En faisant cela, ils méprisent  peut-être leurs amis, des membres proches de leur famille, des personnes de leur staff, des personnes travaillant dans les médias, des membres du groupe…, des personnes dont ils ont forcément besoin et qui contribuent à leur succès que ce soit de manière familiale ou professionnelle. Alors sont-ils imbéciles à ce point ?

Est-ce qu’en France, on peut se permettre de chanter sa haine des noirs, des asiatiques, des blancs, des handicapés, des femmes, des vieux, des jeunes… Non.

Et on pourrait le faire des homosexuels, en toute liberté et impunité ?

Quels ignares ! Ils devraient pourtant savoir que lorsque l’on devient si rapidement célèbre, on est observé à la loupe ! Qu’on devient tout de suite (hélas) « un-modèle-pour-les-jeunes ».

Je compte souvent (naïvement ?) sur la jeunesse pour changer l’avenir de mon pays, pour évacuer le racisme et l’homophobie, … Je vois qu’il reste beaucoup de boulot !

Jetez un coup d’œil sur le reportage d’Arte « la cité du mâle » : la cible, les femmes et les homosexuels. C’est hard, trash, c’est le fait d’une minorité certes pire que leur grand-père (c’est dire !), mais qui dicte sa loi. Déprogrammé puis, reprogrammé et sujet à polémiques.

Puis, enchaînez sur « quand le rap, dérape » où la communauté afro-américaine qui en a marre des dérives sexistes du rap aux États-Unis, monte au créneau pour en finir avec les « explicit lyrics ». Bien loin du rap social et salutaire.


Les excuses de Lefa, du groupe :

« Les propos, que je reconnais avoir tenus, ne sont effectivement pas acceptables et je tiens avant tout à m’en excuser auprès des gens que j’aurais pu blesser », écrit Lefa. « Je me suis rendu compte, en vérifiant la signification du mot homophobie, que j’avais sorti une connerie plus grosse que moi. C’est vrai que j’ai grandi dans l’ignorance de ce que ce terme signifie vraiment. Mais ni moi ni le groupe ne sommes homophobes ».

Il ne faut jamais rater une occasion de se taire…
R. Privat – Collectifdom

Information

Cette entrée a été publiée le 02/10/2010 par dans Arts et spectacles, Société, et est taguée , , , , .

Archives

Instagram

La Soufrière, Guadeloupe