Collectifdom-Le Blog

Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais

Le procès Zemmour-Collectifdom renvoyé au mois de janvier

Maître Ajabi et Maître Brillon, Daniel Dalin Président du Collectifdom et Maître Dessaix


Le procès du chroniqueur Eric Zemmour, cité devant le tribunal correctionnel pour des propos considérés comme racistes, devait se tenir aujourd’hui à Paris. Il a finalement été renvoyé au mois de janvier. Me Fred Bruillon, avocat du Collectifdom nous fait partager son analyse.


On attendait mardi le procès d’Eric Zemour sur une assignation du Collectidom devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal de Paris, pourquoi y a-t-il eu un renvoi ?

Énormément de parties civiles sont venues se greffer dans cette affaire : la LICRA, l’Union des étudiants juifs de France, Touche pas à mon pote, SOS racisme ainsi que le MRAP qui vient incidemment dans le dossier puisqu’il n’a pas fait de citation, et puis d’autres associations que je ne connais pas très bien qui se sont constituées. Le président Bonnal a quand même rappelé que le Collectifdom est la première association à avoir cité Eric Zemour.


Rappelez-nous les griefs de cette action en justice contre ce journaliste de la télévision…

Provocation à la haine raciale sur trois émissions. Il y a les deux émissions de France Ô du 21 janvier et du 6 mars et celle de Canal +, Salut les Terriens, sur laquelle la plupart des associations aujourd’hui se sont constituées parties civiles.

Quels sont les propos incriminés ?

En substance : il est normal que les Noirs et les Arabes soient tout le temps contrôlés puisque c’est chez eux qu’on trouve les trafiquants… Ce ne sont pas des mots que j’ai envie de retenir. Et sur l’émission de France Ô, il revendique le droit à la discrimination à l’embauche. Il a répété deux fois qu’on avait le droit aujourd’hui en France de ne pas embaucher quelqu’un dans une entreprise parce que cette personne est noire ou arabe.

Ce sont des propos inacceptables. Nous avons également fait citer, et nous sommes les seuls, Canal + en tant que complice puisqu’ils ont favorisé la propagation de ses propos dans la mesure où c’était une émission enregistrée. Il ne s’agit pas à notre sens de la diffamation raciale contrairement à ce que défend SOS racisme, mais de la provocation à la haine raciale.

Qu’a décidé le tribunal ?

Le tribunal a fixé la date du 19 octobre pour déterminer le temps que chaque partie prendra… Il y a beaucoup de témoins, Eric Zemmour en fait citer 21, certainement pour noyer le poisson… Du côté du Collectifdom, nous allons faire citer deux historiens, et SOS racisme et la LICRA vont en faire citer cinq. Mais l’audience aura lieu en janvier et trois jours sont prévus pour cette affaire.

Propos recueillis par FXG (Agence de presse GHM) franceantilles.fr

Information

Cette entrée a été publiée le 29/06/2010 par dans Société, et est taguée , , , .

Archives