image

Babette de Rozieres lance le premier salon de la Gastronomie des Outre-Mer, un rendez-vous à ne pas manquer du 1 au 9 février 2015 à la Porte de la Villette.

Pour promouvoir la cuisine des Outre-mer, Babette invite plus de 100 chefs, producteurs et artisans d’outre-mer à Paris, pour un salon grand public sous le signe des cuisines exotique, antillaise et créole. Célèbre chef de cuisine et animatrice d’émissions culinaires, Babette est la digne représentante de la Gastronomie des Outre-mer à Paris et en Métropole. Aussi, cette année, elle a décidé de mettre le patrimoine gastronomique des outre-mer.

Chaque journée sera consacrée à un pan de la cuisine :
Samedi 7 février : journée dédiée aux fruits exotiques
dimanche 8 février : journée dédiée aux boissons exotiques
lundi 9 février : journée dédiée aux légumes du pays, poissons et crustacés

  • Au programme du Salon de la Gastronomie des Outre-mer :
    entre 100 et 120 stands
    des espaces restaurants cuisine locale
    le restaurant gastronomique « La Case de Babette » de 130 m²
    un Espace Chefs pour les démonstrations et les concours
    un espace conférences
    un espace animations
    un espace « institutionnel » et tourisme
    Et pour soutenir le tout, Joël Robuchon sera le président d’honneur de cette 1ère édition, et viendra saluer la gastronomie des outre-mer.

Infos pratiques :
Site internet : Salon de la Gastronomie des Outre-mer
Du 7 au 9 février 2015
Lieu : Paris Event Center, Porte de la Villette, 75019 Paris
Horaires : 10h-23h samedi, 10h-19h dimanche et lundi
Tarif : 10€ tarif unique – réservation en ligne

 

Sortir à Paris

image

Vidéo – Dernier adieu à Clarissa Jean-Philippe en Martinique

Clarissa Jean-Philippe a été inhumée ce lundi (19 janvier) dans sa commune d’origine, Sainte-Marie. La policière municipale stagiaire a été tuée lors des attentats perpétrés il y a dix jours à Paris. Martinique 1ère vous fait vivre ces instants de recueillement sur ses antennes et son site internet.

image

Vidéo  - ultime adieu à Clarissa Jean-philippe

Vidéo – ultime adieu à Clarissa Jean-philippe

C’est sous la pluie que les élus martiniquais, quidams et membres des forces de polices se sont regroupés place Félix Lorne à Sainte-Marie, avant de rejoindre l’église Notre Dame de l’Assomption. Soixante bénévoles étaient présents pour porter les gerbes de fleurs venus de l’Hexagone et des départements français d’Amérique.

Video - Hommage à Clarissa Jean-Philippe

Video – Hommage à Clarissa Jean-Philippe

Une homélie très suivie
imageLa cérémonie s’est ouverte sur le chant joyeux d’une chorale, en présence de l’archevêque Monseigneur Méranville, des présidents de région Guyane et Guadeloupe, et de la ministre des Outremer, George Pau Langevin. L’émotion était palpable, ainsi que le recueillement, avec les yeux rougis pour certains. L’église était pleine, ainsi que le parvis et la salle paroissiale située en face, où un écran de télévision avait été installé. La famille de Clarissa Jean-Philippe ne possédant pas de caveau, son corps sera placé dans un caveau provisoire en attendant de remplir les formalités.

Clarissa Jean-Philippe est enterrée ce lundi après-midi au cimetière de Sainte-Marie. La jeune policière martiniquaise, tuée par le terroriste Amédy Coulibaly, le 8 janvier dernier près de Paris, a reçu dimanche soir dans sa commune, un ultime hommage populaire et républicain.

image

La salle du Palladium à Sainte-Marie a accueilli dimanche soir, près de 3 000 personnes. Des habitants de la ville, des autres communes de l’île, des représentants de l’état dont la ministre des Outremer, de nombreux politiques de tous bords.Tous venus rendre un dernier hommage à Clarissa Jean-Philippe, policière martiniquaise, tuée dans l’exercice de ses fonctions par le terroriste Amédy Coulibaly.

Des soutiens de toute l’île
Ce qui frappe d’emblée les observateurs c’est le soutien populaire à la famille de Clarissa. Les habitants viennent de toute l’île dans une unité propre aux événements tragiques. « On est très touché par cet événement et on se doit d’être là pour soutenir la famille », dit un papa. « Je suis venue jusqu’ici, parce que je suis très touchée, et tous ensemble nous devons nous battre contre le terrorisme », déclare une jeune fille.

La peine de mort est réclamée
Au milieu des louanges à Dieu et des paroles de réconfort à l’adresse de la famille de Clarissa, un propos rageur du maire (UDI) de Montrouge qui refuse le pardon aux fanatiques. »Il n’y a pas d’excuses pour ces gens là…la peine de mort pour ces gens là, il la faut »…

Résumé de ce dimanche de veillée à Sainte-Marie

http://martinique.la1ere.fr/2015/01/19/la-mort-de-clarissa-plonge-sainte-marie-au-coeur-du-terrorisme-223016.html

Une plaque ou une rue bientôt au nom de Clarissa à Sainte-Marie
De nombreux hommages politiques à la famille de Clarissa et surtout l’annonce de l’inscription de son nom dans la commune de Sainte-Marie, selon le maire Bruno Nestor Azérot.

Martinique la 1ere

image

Des officiels attendus
Avec 800 chaises et 500 places dans les gradins, le Palladium permettra d’accueillir les Martiniquais venus se recueillir. La ministre des Outremer, George Pau-Langevin est attendue dans la soirée, ainsi que des délégations d’élus en provenance de l’Hexagone, de Guadeloupe et de Guyane

Le déroulé des obsèques
Ce dimanche, une marche silencieuse prendra le départ du Palladium à Sainte-Marie à 16 heures. Les marcheurs feront le tour de la commune avant de revenir dans la salle pour le début de la veillée mortuaire à 18 heures.

Lundi, un rassemblement est prévu place Félix Lorne à 14 heures, avant le départ vers l’église Notre Dame de l’Assomption.
La cérémonie religieuse commencera à 15 heures.
A l’issue, le cortège se dirigera vers le cimetière Lassalle.

Martinique la 1ere

image

image

«Clarissa habitait Carrières-sous-Poissy, aujourd’hui, elle habite dans nos coeurs, dans nos pensées et dans nos prières.» Christophe Delrieu, maire de Carrières-sous-Poissy a conduit la cérémonie d’hommage à Clarissa Jean-Philippe, policière municipale tuée en service, le 8 janvier deRnier sous les balles du terroriste Amedy Coulibaly, ainsi qu’à l’ensemble des 17 victimes des attentats perpétrés à la rédaction de Charlie Hebdo, à Montrouge et porte de Vincennes, les 7, 8 et 10 janvier derniers.

«Clarissa était originaire de Sainte-Marie, en Martine, a rappelé le maire dans son discours. Elle avait rejoint la métropole en 2008 et habitait le quartier du bord de Seine, à Carrières-sous-Poissy, depuis deux ans. Elle avait postulé à la police municipale de Carrières avant de rejoindre celle de Montrouge. Sa tante habitait Mantes, ses cousins et cousines aux Mureaux. Beaucoup de communes des Yvelines sont aujourd’hui touchées. Elle aimait faire du footing sur les bords de Seine… Son corps arrive en ce moment sur l’île (La Martinique). Ses obsèques auront lieu lundi.»

Le maire de souligner que les derniers Carriérois assassinés, avant Clarissa, s’appelaient René et Robert Tissier, âgés de 23 et 19 ans. «Les frères Tissier sont tombés en août 1944, lors de la libération de la commune.»

Gérard Larcher, président du Sénat, figurait parmi les nombreuses personnalités présentes. Lui aussi a pris la parole pour saluer la mémoire de Clarissa : «Aujourd’hui, tous les policiers municipaux pleurent leur collègue. Rien ne justifie qu’on porte atteinte à la vie d’une jeune femme qui a choisi de porter l’uniforme et de s’engager au service des autres. Il y a 26 ans, elle naissait à Fort de France, lieu de ses racines. Ses proches la décrivait comme joyeuse. Elle aimait sortir avec ses amis, le cinéma, la danse. Clarissa était une jeune femme très motivée, enthousiaste, désireuse de réussir. Le 8 janvier, elle s’est portée, dans le quotidien de nos policiers, au devant d’un accident de la circulation… avant de s’écrouler avec plusieurs balles dans le dos. Quel degré de lâcheté faut-il atteindre pour déclencher un tel déluge de violence et soi disant, au nom de dieu? Rien ne distingue la mort d’un soldat français de celle de Clarissa, tombée à Montrouge. Ils sont le symboles de la liberté

Lors de la cérémonie, des policiers municipaux de Carrières-sous-Poissy et des communes voisines ont défilé devant la photo de Clarissa et ont déposé une fleur.

Les élèves de l’école élémentaire Champfleury ont interprété trois chants : “Il est libre Charlie”, “Ma Liberté” de Serge Reggiani et enfin, “La Marseillaise”.

L’ensemble vocal Voix-ci-Voix-là de l’association FLEP ont également chanté “Amazing Grace” et “Jamaica Farewell”.

Trois élèves de l’école de musique municipale ont également rendu hommage à Clarissa : Carla Rego a chanté au piano “J’envoie valser” de Zazie. Jean-Baptiste Lagrue a interprété une composition personnelle au piano. Et Caroline Bian a joué un extrait du 3e mouvement de la sonate “L’Aurore” de Beethoven.

A noter que la cérémonie d’hommage à Clarissa Jean-Philippe ouverte à toute la population de Carrières-sous-Poissy se déroulera à partir de 16 h, ce dimanche 18 janvier à l’espace Louis-Armand, à Carrières-sous-Poissy.

Le Courrier des Yvelines

 

En mai 2014, un jeune Martiniquais, après un passage en Syrie, se faisait exploser en Irak, au nom de la guerre sainte. Preuve, que les Antilles ne sont pas épargnées par ce mouvement djihadiste.

Même à des milliers de kilomètres, questions et doutes subsistent chez nous… Après les attentats qui ont eu lieu à Paris, la semaine dernière, une question revient : Il y’a-t-il une menace des djihadistes en Guadeloupe ?

Des groupes surveillés chez nous
Il existe, bel et bien, des groupes proches de mouvements djihadistes dans le département. Deux d’entre eux seraient particulièrement surveillés chez nous. Le premier est plutôt discret et modéré, le second, un peu plus actif et composé de jeunes radicalisés. Il n’y aurait, à priori pas de menace d’attentat en Guadeloupe, mais, ces formations pourraient servir de base arrière à des filières mieux organisées de l’Hexagone.

Les précisions d’Eric Bagassien
Fichier audio

http://guadeloupe.la1ere.fr/2015/01/16/existe-t-il-une-menace-terroriste-en-guadeloupe-222310.html

 

Qui sont ces terroristes antillais ?

Le fait-divers le plus récent remonte au printemps 2013. Le 27 avril, Alexandre Dhaussy agresse au couteau un militaire dans le quartier de la Défense (92). Agé de 22 ans, le jeune homme est originaire des Antilles et converti à l’islam depuis 2009. Le militaire, blessé au cou a été hospitalisé mais a survécu à son agression.

Quelques mois auparavant, en octobre 2012, c’est Jérémie Louis Sidney qui fait la Une des télévisions françaises. Lors d’un coup de filet antiterroriste à Strasbourg, le trentenaire, martiniquais, vide son chargeur sur les policiers venus l’interpeller. Ces derniers ripostent et le tuent sur le coup. Jérémie Louis-Sidney était suspecté d’avoir jeté un engin explosif dans une épicerie casher de Sarcelles en septembre 2012.

Willie Brigitte, d’origine guadeloupéenne est condamné en 2007 à neuf ans de prison pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. La justice lui reproche d’avoir projeté des attentats en Australie en 2003 avec le mouvement radical Pakistanais Lashkar-e-Toiba.

Avant eux Johann Bonté et Jean-Marc Grandvizir, tous deux d’origine antillaises sont arrêtés le 30 septembre 2001 et condamnés à de la prison ferme. Les deux hommes étaient membre du réseau de Djamel Beghal, un franco algérien condamné pour avoir projeté un attentat contre l’ambassade des Etats-Unis à Paris.

http://www.la1ere.fr/2013/10/03/convertis-l-islam-et-djihadistes-ils-revelent-un-malaise-identitaire-74047.html

 

image

La dépouille de Clarissa Jean-Philippe est arrivée ce vendredi soir en Martinique, accueillie par ses collègues policiers municipaux, quelques personnalités et le préfet de région.

image

En décembre 2014, Clarissa Jean-Philippe passait les fêtes de fin d’année, dans sa famille. Ce vendredi 16 janvier 2015, sa dépouille revient au pays, accompagnée de sa famille, entourée des personnalités politiques et du préfet de région.

Les policiers municipaux, à l’initiative de leurs collègues du Lamentin ont rendu un nouvel hommage à la jeune femme originaire de Sainte-Marie, lors d’une haie d’honneur avant l’installation dans le corbillard.

« Il n’était pas question que quelqu’un qui a payé le prix lourd en oeuvrant pour le bien-être de la population arrive dans l’anonymat, on a tenu à être présent, à être solidaire », explique une des responsables de la police municipale du Lamentin.

image

Martinique 1ere

 

 

 image

« Son sourire nous éclairera toujours * »

Madame, Monsieur,

Je vous invite à vous arrêtez quelques instants sur l’espace mémorial, destiné à Clarissa Jean-philippe et que vous trouverez  ici sur My Last Will.

Gardez en mémoire que la jeune femme dont vous découvrez le visage est tombée sous les balles d’un fou qui au nom de sa foi l’aura lâchement assassinée.

Elle s’appelait Clarissa !

Afin de manifester notre soutien collectif à sa famille, je vous invite Tous et Toutes à méditer sur la fragilité de la vie; et surtout de faire ce geste d’amitié par un don fut il modique, ou encore de laisser un message de soutien à la famille.

Nous sommes Toutes et Tous Clarissa !

Régine Privat, Secrétaire Générale du Collectifdom

*Discours de F Hollande

image

image

image

L’État a pris les dispositions nécessaires afin que les familles de toutes les victimes des Kouachi-Coulibaly soient indemnisées au plus vite.

C’est le service d’accès au droit et à la justice, qui dépend de Christiane Taubira, qui a pris les choses en main au sein de la cellule de crise installée quai d’Orsay. Ainsi il a été versé un fonds de garantie aux familles des victimes en guise de provision : 25 000 euros pour les conjoints, 11 000 euros pour chaque parent, frère et soeur. Les indemnités versées au titre du préjudice seront, elles, versées ultérieurement.

Les fonctionnaires se sont rendus dans chaque famille faire l’inventaire des besoins. Ils sont repartis notamment avec les RIB afin que les indemnités soient perçues au plus vite. Pour certaines familles, c’est un coursier qui a porté le chèque du Trésor public émis pour soulager les parents des victimes.

L’administration s’est rendu compte que Clarissa, la policière municipale assassinée par Amedy Coulibaly à Montrouge, prenait en charge ses parents et toute sa famille restée en Martinique. Une héroïne du quotidien. L’État va désormais se substituer à elle. C’est assez rare pour le souligner : la bureaucratie a cédé face à l’urgence de la situation.

Toutes les obsèques ont été prises en charge par la cellule de crise.

LePoint.fr

image

image

Les obsèques de Clarissa Jean-Philippe, la jeune policière municipale assassinée par Amédy Coulibaly jeudi dernier à Montrouge (Hauts-de-Seine), se tiendront dimanche et lundi en Martinique.

image

« Le corps de la jeune femme arrivera vendredi en Martinique. La veillée funèbre aura lieu dimanche soir à Sainte-Marie et son enterrement lundi après-midi » dans cette commune qui l’a vue grandir, a déclaré à l’AFP Jean-François Lafontaine, directeur de cabinet de Serge Letchimy, président de la Région Martinique. Jean-François Lafontaine, qui est en contact direct avec la famille de la jeune femme morte à l’âge de 26 ans. « Il y aura du monde » à ses obsèques, a assuré le directeur de cabinet.

Vive émotion en Martinique
La nouvelle de la mort de Clarissa Jean-Philippe dans une fusillade au lendemain de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo avait provoqué une vive émotion dans l’île. Originaire d’un quartier rural de Sainte-Marie (nord de l’île), Clarissa Jean-Philippe avait fait une formation d’agent de sécurité et de sûreté avant de venir en métropole en 2013 et de rejoindre la police municipale comme stagiaire.

L’hommage en métropole
Dimanche, sa famille avait défilé à Paris aux côtés des autres familles de victimes des attentats contre Charlie Hebdo, de la fusillade de Montrouge puis de la prise d’otages dans un supermarché juif de Paris. Mardi matin à la préfecture de police, le président François Hollande lui a rendu ehommage, ainsi qu’aux deux autres policiers abattus, et lui a remis à titre posthume les insignes de chevaliers de la Légion d’honneur.

Mardi soir à Montrouge, un hommage oecuménique rassemblant 2.000 personnes dont de nombreux collègues et personnalités, lui a été rendu.

Outremer 1 ère

Entrer votre adresse e-mail

Follow Le Collectifdom-Blog on WordPress.com

Entrez votre adresse email

Catégories

janvier 2015
L Ma Me J V S D
« nov    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 360 autres abonnés